partenaires-mavilleamoi

Raconter sa vie dans un livre, pourquoi pas vous ?

Culture - Lecture
21-10-2020
raconter_sa_vie_dans_un_livre
Nombreux sont ceux qui, un jour, se sont dit qu’ils aimeraient bien voir couché par écrit le récit de leur vie. Mais rédiger ses mémoires n’est pas une mince affaire. Entre les réticences à affronter son passé et les difficultés à mettre son projet à exécution par manque de temps ou de savoir-faire, beaucoup de projets sont enterrés avant l’heure. Pourquoi ne pas faire appel à un professionnel ?


Le métier d’écrivain-biographe s’est beaucoup développé ces dernières années. Si les biographes ont des parcours très différents, tous partagent la passion de l’écoute et celle de l’écriture. Leurs approches peuvent varier, mais ils proposent en général un premier rendez-vous de prise de contact. Cette rencontre est primordiale pour voir si on a un bon « feeling » avec son biographe, condition sine qua non pour se sentir en confiance et se raconter librement !


POURQUOI ÉCRIRE SA BIOGRAPHIE ?

La plupart du temps, il s’agit de faire œuvre de transmission. Raconter son enfance, puis son parcours d’adulte, c’est donner à son entourage (enfants, petits-enfants, frères et sœurs, mais aussi amis) les clés pour comprendre qui on est. Les biographies des personnes âgées sont par ailleurs autant de témoignages précieux qui renseignent sur la vie quotidienne d’époques révolues ou sur des métiers qui n’existent plus aujourd’hui. Parfois, se raconter dans un livre permet aussi de se libérer de son histoire et de surmonter une épreuve.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise vie, chacune mérite d’être racontée ! Certaines personnes pensent qu’elles ont peu de choses à dire. Elles sont alors les premières surprises de constater que ce n’est pas le cas, la mémoire leur revenant au fil des entretiens. Avec le biographe, elles se plongent dans leurs souvenirs, dans leurs photos, leurs correspondances, parfois aussi dans leurs journaux intimes. Ensemble, ils trient, classent et se souviennent avec émotion. 


Parole de biographe :

Littéraire de formation, j’ai pris goût à l’écriture et affuté ma plume au cours de ma vie professionnelle, en tant qu’attachée de presse et rédactrice. C’est il y a dix ans, quand ma mère a célébré ses 70 ans, que j’ai pour la première fois entendu parler du métier de biographe. Avec mes sœurs, nous avions envie de voir consignées par écrit toutes les anecdotes d’enfance qu’elle nous avait si souvent contées.

Nous avons alors fait appel à un biographe professionnel. Quelques mois plus tard, nous avions entre les mains l’histoire de son enfance consignée dans un livre, que je me plais à relire de temps à autre et que je me réjouis de transmettre à mes enfants. En 2018, lorsque j’ai restructuré mon activité professionnelle, c’est tout naturellement vers l’écriture de biographies que je me suis tournée.

Chaque nouvelle biographie marque pour moi le début d’une incroyable aventure humaine ! J’aime rencontrer mes clients chez eux, afin de me familiariser avec leur univers. Lors de nos entretiens, j’utilise un petit enregistreur, ce qui m’évite de prendre des notes et me permet d’être à 100 % attentive à leur récit, et leur donne la possibilité de se raconter librement et à leur rythme.

De retour à mon bureau, un long travail de transcription et d’écriture commence. Ce temps de travail correspond en moyenne à cinq fois celui passé en entretien. Je pratique un tarif horaire, qui s’applique pour toute heure passée avec mon client et à mon bureau (compter 2 000 à 2 500 € pour un livre moyen). Au fil de nos rendez-vous, le texte s’étoffe et s’enrichit de compléments, commentaires et corrections.

Une fois le texte finalisé, je propose à mes clients de le confier à un maquettiste, pour le transformer en livre, puis à un imprimeur, pour en tirer autant d’exemplaires que désiré. 



claire.bouc@de-bouche-a-oreilles.com
06 84 59 91 21 – www.de-bouche-a-oreilles.com




ON L'APPELAIT DOCTEUR LAVIGNE

Sixième d’une fratrie de treize enfants vivant dans le dénuement le plus total, rien ne prédisposait Jacques Lavigne à une carrière professionnelle aussi exaltante, menée de bout en bout en Afrique noire. C’est de son enfance et de la première partie de sa carrière professionnelle dont il est question dans ce premier tome.





CAPTAIN YANN
Après avoir navigué au cabotage à la S.A.G.A, Yann Gélard a travaillé pendant vingt ans pour la compagnie Louis-Dreyfus, notamment en tant que commandant. A 55 ans, une fois à la retraite, il a passé le diplôme de pilote hauturier,
ce qui lui a permis de sillonner les mers dix années supplémentaires.
Cet ouvrage retrace son incroyable vie professionnelle, riche en anecdotes et péripéties en tout genre.




L’ODYSÉE DE LADITE PRINCESSE DES ASTURIES

Jeanine Larrieu a eu 85 ans en juillet 2019. On peut dire que, jusque-là, elle a tenu le coup. Mais, dernièrement, elle a eu des idées noires…
Son enfance fut difficile. Il y eut d’abord l’abandon de son père, puis le décès de son petit-frère et l’arrivée d’un beau-père alcoolique et violent.

Son autre malchance fut sa belle-famille, qui ne l’aimait pas et mit tout en œuvre pour le lui faire sentir. Heureusement, sa vie de famille fut plus heureuse auprès de son mari Michel, de son fils Philippe et de son petit-fils David. Mais cela fait vingt-quatre ans maintenant qu’elle va d’hôpitaux en maisons de retraite pour accompagner ses proches. Elle se sent lasse. Ses nerfs commencent à lâcher.
Il était grand temps pour elle d’expulser tout ce qui les a mis à rude épreuve.