partenaires-mavilleamoi

Langue des signes, comment faire ?

Lifestyle - Bien-être
23-03-2022
signes-langue-sourd-muet-handicap

Il y a un an, l’Organisation Mondiale de la Santé publiait son premier rapport mondial sur l’audition. Elle y projetait que, d’ici à 2050, une personne sur quatre serait atteinte de déficience auditive, tous degrés confondus. Avec de telles prévisions et à l’heure de la crise sanitaire, comment mieux entrer en contact avec les personnes sourdes et malentendantes ?





Une fracture sociale 


Handicap invisible mais reconnu, la déficience auditive concernerait plus de 466 millions de personnes dans le monde. Un chiffre qui, comme souvent en matière de handicap, est incertain. Le développement du langage et de la parole chez les enfants d’abord, mais aussi la communication et les relations sociales et enfin l’accès à l’instruction et à l’emploi sont fortement perturbés par ce handicap, donnant ainsi lieu à une moindre insertion dans la société. Et si l’inclusion des personnes sourdes et malentendantes dans la société était déjà difficile avant la pandémie, elle l’est aujourd’hui encore plus. 

En effet, la crise sanitaire a largement impacté la communication et a donc directement participé au creusement du fossé séparant les entendants des malentendants. D’une part, la lecture labiale et l’interprétation des mimiques faciales a été rendue impossible par le port du masque, effaçant ainsi des repères visuels nécessaires à la communication.

D’autre part, les quelques cafés-signes, activités associatives et rencontres entre sourds et entendants qui avaient émergé ces dernières années ont gravement diminué suite aux divers confinements. Et si, à l’inverse, la visio-interprétation s’est développée avec le distanciel, elle atteint déjà ses limites, faute d’interprètes experts. Alors, comment favoriser le contact entre entendants et sourds.




Une solution pour l’inclusion


Si, face à un sourd ou un malentendant, on aurait tendance à baisser le masque pour permettre la lecture sur les lèvres ou à tenter tant bien que mal d’inventer des gestes improvisés, la meilleure solution reste encore de s’initier à la langue des signes. 

Langue à part entière, la langue des signes possède une grammaire, un lexique et une syntaxe qui lui sont propres. Souvent parlée par les sourds et leur famille et parfois utilisée par les malentendants, elle crée une communauté linguistique difficilement intégrable. Et, si de plus en plus d’entendants s’intéressent à cette langue, notamment grâce à l’engouement pour la communication gestuelle avec les bébés, cela n’est pas suffisamment généralisé pour établir un réel contact entre entendants et sourds. 

Alors, à l’image des quelques mots d’anglais ou d’espagnol qui pourraient nous sauver à l’étranger, apprendre les rudiments de la langue des signes peut être utile. Et si l’on estime qu’il faudrait plusieurs années d’apprentissage pour maitriser totalement cette langue, il suffirait de quelques mois pour en connaitre les bases. Alors, apprendre les signes de politesse, quelques questions ou de simples mots du quotidien est à portée de main. 





Apprendre la langue des signes


Nombreux sont les lieux proposant des initiations à la langue des signes en France et dans la région bordelaise. Par exemple, l’Université Bordeaux Montaigne propose des cours du soir ouverts au grand public et à tous les niveaux, sur inscription en début d’année scolaire. L’organisation Visuel à Gradignan dispense quant à elle, non seulement des cours de langue des signes, mais également des sessions de sensibilisation auprès des entreprises. L’objectif : lever les appréhensions vis-à-vis des personnes sourdes, découvrir leur quotidien et leurs difficultés au sein de la société et mieux entrer en contact avec elles. 

Internet est également notre ami lorsqu’il s’agit d’apprentissage. Si cela demande une plus grande motivation et une détermination sans faille, il n’est pas impossible de s’initier à la langue des signes au travers de vidéos YouTube ou de comptes Instagram. Pour ce qui est des vidéos, on vous invite à découvrir celles de Marie Littlebunbao, interprète professionnelle ou celles de Jauvert Laura qui propose, entre autres, des listes de mots.

Du côté des réseaux sociaux, les comptes @lepetitgeste_lsf et @imagierlsf vous apprendront divers signes et @lsf_liloute partagera avec vous son quotidien de jeune femme sourde. Enfin, il existe de nombreux livres autour de la langue des signes. Chez le libraire du coin, nul doute que vous trouverez celui qui vous conviendra.