partenaires-mavilleamoi

Les chiffres du logement neuf du 1er trimestre 2022

Habitat - Lifestyle - Promoteurs - Actualités
06-09-2022
chiffres-logement-neuf-2022
Depuis 2009, la FPI a développé son propre outil de suivi de la conjoncture du marché national des logements neufs. Fait par et pour des professionnels de l’immobilier, reconnu par l’Administration publique, il s’appuie sur les Observatoires des Chambres de la FPI et permet un suivi de l’activité commerciale répondant aux besoins des professionnels.


Prix moyens du m² habitable des logements collectifs réservés à Bordeaux Métropole



Les faits marquants du marché du logement neuf dans en Nouvelle Aquitaine


Au T 1 2022 l es mises en vente sont en baisse de -15% par rapport au T 1 2021 avec 946 nouveaux logements lancés (-9% sur Bordeaux Métropole, -44% sur la CA du Pays Basque et -66% sur la CA de la Rochelle) La baisse est de -52% par rapport au T 1 2019.

Pour la région Nouvelle Aquitaine, les autorisations de logements (tous types) sont en hausse de +25,8 sur 12 mois (51 900 autorisations) à la fin du T 1 2022 Dans le même temps, les mises en chantier sont en hausse de +8,3% sur 12 mois (40 400 logements commencés). (Source État) 

Au T 1 2022 les réservations nettes au détail (1 316 unités) enregistrent une baisse de -13% par rapport au T 1 2021 (-29% sur Bordeaux Métropole, -17% sur la CA du Pays Basque et -14% sur la CA de la Rochelle) Par rapport au T 1 2019 la baisse est de -37%.

512 réservations à investisseurs ont été enregistrées Il s’agit d’une baisse de -23% (-36% sur Bordeaux Métropole, -17% sur la CA du Pays Basque et -46% sur la CA de la Rochelle) Cela représente 39% des réservations au détail contre 44% au T 1 2021.




Les réservations à propriétaires occupants (804 réservations) baissent de -5% (-21% sur Bordeaux Métropole, -44% sur la CA du Pays Basque et -14% sur la CA de la Rochelle).

L’offre commerciale de logements est en baisse de -20% avec 4 002 logements disponibles à la fin de ce trimestre (-14% sur Bordeaux Métropole, -40% sur la CA du Pays Basque et -37% sur la CA de la Rochelle) Cette offre représente 8,9 mois de stock contre 11,4 mois au T 1 2021 L’offre commerciale de logements collectifs en projet baisse de -28% alors que celle livrée augmente de +27%.

Le prix moyen trimestriel est en hausse de +8,7% par rapport au T 1 2021 pour s’établir à 4 722€/m² sur la région En particulier, il est en hausse de +3% sur Bordeaux Métropole pour s’établir à 4461€/m² ( en libre et hors parking), de +6,6% sur la CA de La Rochelle 4768€/m² et de +22,3% sur la CA du Pays Basque 5552€/m² sur la même période.


Logement neuf : panne sèche


Au 1er trimestre 2022, les ventes de logements neufs s’effondrent.
La baisse observée en 2021 par rapport à 2019 (2020 n’étant pas représentative) s’accélère. Les ventes totales de logements neufs du 1er trimestre, comparées à celles de la même période en 2021, chutent de plus de 20%.
Conséquence des refus de permis toujours plus nombreux et de la hausse des coûts de construction qui impacte l’équilibre financier des opérations, le nombre de logements neufs mis en vente chute de 30,5% par rapport au 1er trimestre 2021.


« Deux ans après les élections municipales, les logements collectifs n’obtiennent toujours pas de permis de construire en nombre suffisant pour répondre aux besoins des ménages.»


Résultat : l’offre commerciale poursuit sa baisse dramatique entamée fin 2018. Le stock de logements neufs à la vente a diminué d’un tiers depuis 2018 et ne représente plus que 7,7 mois de commercialisation, loin de l’idéal de 12 mois. C’est le niveau le plus bas depuis la création de l’Observatoire (2012).




Pour Pascal Boulanger, Président de la FPI France :

« Deux ans après les élections municipales, les logements collectifs n’obtiennent toujours pas de permis de construire en nombre suffisant pour répondre aux besoins des ménages. De ce fait, la faiblesse, toujours plus criante de l’offre commerciale conduit toute une filière vers une crise majeure. C’est d’autant plus regrettable qu’aucun responsable politique ne peut mettre en doute l’aggiornamento écologique effectué par la profession, qui se traduit dans nos réalisations ».

Un taux d’intérêt des crédits à l’habitat à la hausse [ 1,13% ].

L’encours brut des prêts à l’habitat (1 222 milliards d’euros) à fin février 2022 poursuit sa croissance sur 12 mois glissants (+6,2% après +6% en janvier 2022) (Source Banque de France 1/04/2022). Dans le même temps, la production mensuelle de crédits à l’habitat (hors renégociations) reprend graduellement de la vigueur, passant de 17,8 milliards d’euros en décembre 2021 à 18,8 milliards d’euros en février 2022. Après le point haut atteint en juin 2021 avec 21,2 milliards d’euros, la production mensuelle de crédits à l’habitat a entamé depuis une lente décrue.



Par ailleurs, en février 2022, le flux mensuel de crédits à l’habitat aux particuliers est de 6,3 milliards d’euros (différence entre l’encours de crédit à l’habitat de février 2022 et janvier 2022). Pour rappel, le flux de crédits à l’habitat était devenu négatif en avril 2020 (-0,4 milliard d’euros). Cette situation ne s’était plus produite depuis septembre 2014 (Source Banque de France 17/02/2022).

Le taux d’intérêt moyen des nouveaux crédits (à long terme - au-delà de 7 ans - et à taux fixe) s’établit désormais à 1,13% en février 2022.